Colloque // La critique au présent : émergence du commentaire sur les arts (XVIe-XVIIIe siècles) et reflets d’actualité (XXIe siècle)

La critique au présent : émergence du commentaire sur les arts (XVIe-XVIIIe siècles) et reflets d’actualité, (17 au 19 juin 2015) / Montréal

Pour mieux situer grandeurs et misères des mutations du présent, peut-être est-il utile de convoquer la seule compétence dont peuvent se targuer les historiens. Ils ont toujours été de pitoyables prophètes, mais, parfois, en rappelant que le présent est fait de passés sédimentés ou enchevêtrés, ils ont pu contribuer à un diagnostic plus lucide sur les nouveautés qui séduisaient ou effrayaient leurs contemporains.

Roger Chartier, Écouter les morts avec les yeux

À l’initiative de Sara Harvey (Paris Sorbonne) dont les travaux portent sur l’émergence de la critique d’actualité dans l’histoire de la première modernité, cette rencontre est l’occasion d’ouvrir un dialogue franco-canadien sur l’histoire de l’actualité éditoriale portant sur les lettres et les arts. Différents laboratoires universitaires en France et au Canada dont les travaux et les axes prioritaires de recherche croisent ceux de la jeune chercheure se sont officiellement associés à cet événement et apporteront un soutien institutionnel et une pleine visibilité à cette manifestation. Pour le Canada, la Chaire de recherche du Canada en rhétorique, le laboratoire sur l’histoire et la pensée moderne de l’Université du Québec à Trois-Rivières ainsi que le Centre interuniversitaire sur la République des lettres de l’Université Laval accueillent le colloque en raison du fait que Sara Harvey développe un champ peu exploré dans le domaine de la recherche canadienne qui est celui de la critique culturelle sous l’Ancien Régime. Pour la France, le laboratoire de recherche HAR (Histoire des arts et des représentations) de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, le CELFF (Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Française des XVIIe et XVIIIe siècles) de l’Université Paris Sorbonne ainsi que le centre de recherche du CNRS l’UMR-Lire de Grenoble se sont associés au projet qui doit faire progresser les questionnements à la fois historiques, théoriques et épistémologiques tant sur l’histoire de l’activité critique que sur celui de la modernité culturelle qui émerge au cours de l’Ancien Régime.

 bureau d'adresse pour les curieux couleur

Problématique du colloque

Le colloque La critique au présent : émergence du commentaire sur les arts (XVIe-XVIIIe siècles) et reflets d’actualité (XXIe siècle) portera sur les discours critiques de langue française qui ont accompagné la publication des productions artistiques et intellectuelles d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles). Plus exactement, cette manifestation entend localiser et interroger les diverses formes d’actualité éditoriale sur les lettres et les arts : de la correspondance lettrée ou familière et des différentes fictions romanesques et théâtrales, des diverses formes d’écriture mémoriales, des manifestes de littérature nationale aux discours de consécrations académiques, des premiers journaux littéraires aux bibliothèques, catalogues et inventaires, en passant par les discours préliminaires, documents visuels. Soumise aux exigences du présent d’écriture, de la circonstance et des événements, la critique ici envisagée – qu’elle soit philologique, normative, descriptive, allégorique, anecdotique, élogieuse ou polémique – compose à l’évidence avec les sphères du pouvoir effectif ou symbolique : le politique, l’économique, la vie sociale. Aussi notre colloque s’inscrit-il ipso facto aux frontières de différentes disciplines et interrogera l’un des axes constitutifs de la modernité sous l’Ancien Régime : l’affirmation d’une pensée qui se reflète et se déploie au présent pour observer, répertorier, célébrer, condamner et inventer la culture moderne, mais aussi historiciser la contemporanéité et le présent. Notre rencontre sera également l’occasion de réfléchir à la situation actuelle de la critique alors même qu’elle est confrontée à une transformation majeure imposée par la configuration d’un espace nouveau de diffusion et de médiatisation : le Web. Par effet de réflexivité, c’est à une méditation sur nos propres pratiques universitaires que pourraient aboutir certaines questions posées par notre événement, car nos méthodes et modèles interprétatifs sont eux-mêmes soumis à cette nouvelle dynamique de la culture numérique. La réception synchronique et le modèle dialogique que permet ce nouveau cadre de médiatisation imposent au discours critique un rapport inédit au temps présent, celui de « l’hyperactualité » et de l’interconnectivité. Ces enjeux semblent ouvrir à une redistribution des rôles entre le commentateur et le récepteur – voire le créateur – aussi bien qu’à une reconfiguration des différentes sphères de la critique au présent. Le cyberespace permet non seulement de croiser la critique littéraire professionnelle ou amateur à l’essai académique ou aux commentaires d’appréciation sur le vif, il impulse une dynamique interactionnelle qui invite à repenser l’ensemble des méthodes, pratiques, disciplines et dispositifs de l’activité critique en regard de l’accessibilité, du partage et de la visibilité. Du point de vue de notre immédiate actualité, la critique apparaît donc comme une activité aux limites imprécises que la création du Web paraît accentuer. Les nombreuses interrogations que l’activité critique soulève aujourd’hui, les impensés qu’elle dessine tout autant que le foisonnement qui la caractérise nous convie à reprendre le fil de son histoire au moment où elle apparaît comme l’un des importants symptômes de la première modernité culturelle.

Utilisée comme une source d’information par les sociologues, les historiens des médias et de la culture contemporaine, l’histoire de la critique d’actualité n’a pas fait l’objet d’un questionnement précis au sein de la recherche universitaire. La réflexion et les ouvrages des chercheurs ont pourtant ouvert la voie à ce type d’enquête pour la première modernité en définissant, d’une part, les espaces discursifs (D. Denis) ou institutionnels (A. Viala) portant témoignage des transformations au sein des pratiques lettrées, en interrogeant, d’autre part, les pratiques de lecture et d’écriture (R. Chartier, H. Merlin) et les enjeux historiographiques (C. Jouhaud) et philosophiques (É. Méchoulan) qui ont participé à l’avènement de la modernité sous l’Ancien Régime. Les origines, les spécificités, le fonctionnement et les évolutions spécifiques du commentaire d’actualité sur les arts demeurent néanmoins peu explorés depuis les avancées théoriques de Pierre Bourdieu : au même titre que les disciplines académiques désignées également par le terme de « critique » – littéraire, théâtrale, musicale – ce type de discours de médiatisation est avant tout traité historiquement comme l’une des preuves inscrites au dossier d’autonomisation de la littérature et des autres arts, de la culture populaire et de la communication de masse. Dans cette configuration, la critique d’actualité trouve malaisément sa place aux côtés, ou au sein de l’émergence de l’histoire littéraire (R. Fayolle, M. Charles, P. Moreau). Sans renoncer à ces repères historiques admis qui répondent à des logiques d’enseignement et de transmission, il paraît aujourd’hui essentiel de s’émanciper de certains cadres théoriques afin de mieux répondre à nos interrogations actuelles. De très récents numéros de revues, Littératures Classiques (« Écritures de l’actualité » [septembre 2012, K. Abiven  & L. Depretto (dir)] et Écrire L’histoire (deux numéros en préparation sur « Histoire(s) du présent » [2013]) reflètent à ce titre le vif intérêt aujourd’hui accordée à cette question historiographique, théorique et épistémologique qui est celle des pratiques, des enjeux et des formes de manifestations écrites du présent et de l’actualité. L’angle choisi pour le colloque qui est celui de l’actualité éditoriale sur les arts devrait permettre d’aborder des interrogations générales :

– quelle est la valeur de l’événementiel dans l’histoire des arts et de sa réception à court et à long terme ?

– comment intégrer des notions comme celles du bruit, de malentendu, de goût et d’adhésion, qui peuvent être déterminantes dans le discours de la critique d’actualité et le système de valeurs qu’elle crée ?

– en quoi la formation de réseaux d’intérêts (sociaux, économiques, politiques, familiaux, religieux) entre les acteurs de la vie culturelle a-t-elle un impact sur la pensée esthétique, éthique et idéologique sur les arts ?

– en quoi les polémiques agitant la vie littéraire peuvent apparaître autant comme des espaces de confrontation que comme des lieux de célébration et de consensus sur la valeur des arts ?

– dans quelle mesure la critique d’actualité peut-elle être considérée comme un commerce social, économique et politique ?

– quelle doit être la place de la critique circonstancielle dans l’histoire des arts et du patrimoine ?

– en quoi la critique d’actualité est-elle liée à la création de la publicité ?

–  comment l’actualité éditoriale sur les arts interroge l’idée de contemporanéité ?

Considérant moins ces quelques questionnements comme des limites à notre réflexion que comme des sources d’inspiration, nous espérons initier par notre rencontre les fondements d’une recherche collective sur l’émergence de la critique d’actualité en tant que phénomène historique capable d’éclairer les enjeux théoriques et épistémologiques de la critique contemporaine que l’on désignera comme une activité culturelle qui n’est peut-être pas sans lien avec nos pratiques académiques.

divertissements féminins couleur

Comité scientifique : Thierry Belleguic (Université Laval), Marc-André Bernier (Université du Québec à Trois-Rivières), Christian Biet (Université Paris Ouest Nanterre), Delphine Denis (Université Paris Sorbonne), Georges Forestier (Université Paris Sorbonne), Sara Harvey (Université Paris Sorbonne), Claude La Charité (Université du Québec à Rimouski), Martial Poirson (Université Paris 8)

Comité organisateur : Isabelle Lachance Université du Québec à Trois-Rivières), Sara Harvey (Université Paris Sorbonne/Université du Québec à Trois-Rivières)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *