BIET Christian

Commentaires hétérogènes et co-performances au théâtre : la séance des spectateurs
À un moment où une série d’auteurs, de théoriciens, voire parfois d’acteurs tente de discipliner «un public», il se trouve que les spectateurs résistent de fait à cette mise en ordre. La séance de théâtre de la première modernité est ainsi un lieu où se rencontrent les essais les plus étonnants d’une esthétique dramatique qui concourt à une concentration attentive du «spectateur supposé» sur le spectacle, ou à sa focalisation sur le texte d’un auteur «représenté» par les comédiens, et les co-performances sociales d’une salle et d’une scène marquées par l’hétérogénéité, par une hiérarchie reconnue et par une certaine liberté, mais aussi par une sorte de désordre esthétique et politique tout à fait créatif. C’est de cette négociation-contradiction qu’il sera question.

* * *

Membre sénior de l’Institut universitaire de France, directeur du laboratoire Histoire des arts et des représentations et professeur d’histoire et d’esthétique théâtrale à l’Université Paris Ouest Nanterre, Christian Biet est l’un des plus actifs chercheurs en arts du spectacle en France, mais aussi aux États-Unis, où il est professeur invité dans deux universités (Cardozo Law School et New York University). Son regard novateur sur l’histoire de la représentation théâtrale dans la première modernité permettra d’approfondir notre problématique en regard de la question de la critique et du spectacle vivant au XVIIe siècle. Fortement ancrée dans une démarche qui lie passé et présent, la présentation de Christian Biet permettra de poser des hypothèses
théoriques sur les «régimes d’historicités» (Hartog) de la critique. Le présentateur mettra également son esprit de synthèse au service de notre manifestation, du fait qu’il animera la discussion de clôture portant sur les principaux enjeux ressortant du colloque.

Il a notamment publié :
– avec Marie-Madeleine Fragonard (dir.), Tragédies et récits de martyres en France. Fin XVIe-début XVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2012;
– «Surveiller les théâtres. L’ordre dramatique et le désordre de la séance aux XVIIe et XVIIIe siècles en France», dans Sarah Di Bella (dir.), Pensée, pratiques et représentations de la discipline à l’âge moderne, Paris, Classiques Garnier, 2012;
– «Dryden, Destouches, Marivaux et La Tempête : variations sur une première rencontre», dans Jean Dagen, Catherine François-Giappiconi et Sophie Marchand (dir.), La Chaussée, Destouches et la comédie nouvelle au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2012, p. 41-58;
– avec Martial Poirson et Yves Citton (dir.), Les frontières littéraires de l’économie (XVIIe-XIXe siècles), Paris, Desjonquières, 2008;
– avec Christophe Triau, Qu’est-ce que le théâtre?, Paris, Gallimard, 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *