DENIS Delphine

Manières de critiquer : la fiction allégorique
On se propose dans la conférence inaugurale du colloque Critiques d’actualité(s) de mettre en relation les objets du débat critique avec les formes discursives où celui-ci se donne à lire. La concomitance ou l’écart entre l’actualité éditoriale et le choix de tel ou tel mode d’exposition, ainsi que les effets produits par ces dispositifs de publication, seront au centre de la réflexion. Si ces «manières de critiquer» dépendent de la nature du discours qu’elles soutiennent, elles en infléchissent tout autant le contenu, comme on voudrait le montrer.

* * *

Professeure à Paris-Sorbonne, Delphine Denis est internationalement reconnue comme la plus grande spécialiste de la galanterie littéraire. Outre son ouvrage fondateur, Le Parnasse galant, elle a publié plus d’une vingtaine d’articles sur ce sujet. Responsable du projet collectif de L’Astrée, directrice adjointe de l’École doctorale de langue française de Paris-Sorbonne, membre du comité scientifique des plus importantes revues consacrées à la première modernité (dont Littératures Classiques), elle fait aussi partie de nombreuses sociétés savantes, dont la Société d’étude du XVIIe siècle.

Elle a notamment publié :
–  «“À la manière de” : le pastiche avant le pastiche», Revue d’histoire littéraire de la France, vol. CXII, no 1, p. 7-18;
– «De quelques scrupules sur le style narratif : du plaisir théoricien du récit “désintéressé” (1683)», Le français moderne, vol. LIII, no 1, 2012,p. 45-54;
– Honoré d’Urfé, L’Astrée. Première partie, édition dirigée par D. Denis, Paris, Honoré Champion, 2011;
– «Une clé pour la fiction au XVIIe siècle? L’“Histoire d’Artaxandre” dans Clélie de Madeleine de
Scudéry», dans Marc Escola et al. (dir.), La partie et le tout. La composition du roman, de l’âge baroque au tournant des Lumières, Louvain, Paris et Walpole, Peeters, 2011, p. 271-279;
– «Pratiques du pastiche au XVIIe siècle : écrire comme un autre», dans Benoît Bolduc et Henriette Goldwyn (dir.), Concordia discors, Tübingen,Narr, 2011, vol. I, p. 97-106.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *