DION Nicholas

De l’actualité littéraire aux traités théoriques : l’élégie française au miroir de La critique de Bérénice
Le jugement de l’abbé de Villars selon lequel Bérénice «n’est qu’un tissu galant de madrigaux et d’élégies», publié dans un opuscule seulement quelques semaines après la création de la tragédie de Racine, a connu une postérité non négligeable : de nombreux chercheurs se sont encore récemment penchés sur les implications d’un tel brouillage générique. Or, si l’on a pu mesurer la portée de La critique de Bérénice sur le genre tragique, il convient également de souligner son influence sur le genre élégiaque lui-même, qui fait l’objet d’une entreprise définitoire dès la fin du XVIIe siècle. En réalité, l’omniprésence de rapprochements entre la tragédie et l’élégie chez les théoriciens se trouve au soubassement de leur réflexion : ces échos d’une critique d’actualité apparaissent comme autant de jalons menant au resserrement de la définition de l’élégie française au XVIIIe siècle.

* * *

Récemment nommé professeur à l’Université de Sherbrooke, Nicholas Dion a été récipiendaire de la prestigieuse bourse post-doctorale Banting. Il travaille principalement au renouvellement de la recherche sur les formes génériques de la première modernité, notamment la tragédie et l’élégie. En tant que théoricien et historien des genres, il permettra d’ouvrir la voie à une réflexion sur les rapports entre la théorie littéraire au XVIIe siècle et l’histoire factuelle de la vie littéraire.

Il a notamment publié :
L’élégie en France dans la seconde moitié du XVIIe siècle : entre forme poétique et registre littéraire, Paris, Hermann, à paraître;
– avec Guillemette Marot-Mercier (dir.), Diversité et modernité du théâtre du XVIIIe siècle, Paris,
Hermann, 2014;
Entre les larmes et l’effroi. La tragédie classique française, 1677-1726, Paris, Classiques Garnier, 2012;
– «L’histoire galante d’un poète galant : Les Amours de Tibulle de Jean de La Chapelle», Littératures classiques, no 77, 2012, p. 69-82;
– «Dans le sillon des Parallèles. Tragédie classique française et poètes tragiques au tournant du XVIIe siècle», Littératures classiques, no 76, 2011, p. 223-233.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *