FILIPPI Florence

L’actrice : figure publique ou masque de l’actualité?
L’analyse de portraits critiques d’acteurs dans la presse, les Mémoires et la correspondance théâtrale de la fin du XVIIIe siècle révèle les logiques publicitaires qui ont présidé à la reconnaissance ou au discrédit d’interprètes tels que Monvel, Fleury, Mlle Desgarçins ou Talma. Les modes de diffusion de la chronique théâtrale, dans les dernières années d’Ancien
Régime, révèlent les logiques d’influence et de menace que la critique peut exercer sur une carrière d’acteur en particulier, et sur la production théâtrale en général. On examinera aussi dans quelle mesure la diffusion de portraits de comédiens (peintures, lithographies, sculptures et miniatures) a pu contribuer, au même titre que le discours critique, à assimiler
l’interprète à un bien de consommation. Le discours sur l’acteur et ses modes de représentations seraient-ils le masque publicitaire des questions plus polémiques qui agitent l’actualité? A contrario, la critique d’un comédien peut-elle être interprétée comme une attaque détournée des principaux acteurs de l’actualité politique?

* * *

Maître de conférences à Poitiers et chercheure active du laboratoire HAR (Histoire des arts et des représentations) de Paris Ouest Nanterre La Défense, Florence Filippi occupe une place singulière dans notre manifestation en raison du fait que ses travaux portent sur la fin de la période envisagée. En outre, sa recherche montre qu’idéologie et logique publicitaire paraissent déterminer la critique d’actualité au crépuscule de la première modernité et, plus encore, au moment de la Révolution française. En choisissant de traiter des portraits de comédiens dans la chronique théâtrale, la présentatrice permettra de tisser des liens entre la critique d’actualité
et le phénomène alors naissant du «vedettariat».

Elle a notamment publié :
– «Charles IX, ou L’école des rois sur la scène révolutionnaire», dans Ariane Ferry (dir.), Le personnage historique de théâtre de 1789 à nos jours, Paris, Classiques Garnier, 2013;
– «La correspondance en guise de mise en scène ou La dramaturgie épistolaire de Talma et Ducis»,dans Jean-Marc Hovasse (dir.), Correspondance et théâtre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012 ;
«Les vies de Molière (XVIIIe-XIXe siècles) : du parcours exemplaire à l’hagiographie», dans Martial Poirson (dir.), Ombres de Molière, Armand Colin, 2012;
– «Apparitions de Talma dans La Comédie humaine», L’année balzacienne, Paris, PUF, 2010, p. 223-245;
– «Les comédiens contre le texte : acteurs en quête d’autorité dans le répertoire révolutionnaire», dans Martial Poirson (dir.), Le théâtre sous la Révolution. Politique du répertoire (1789-1799), Paris, Desjonquères, 2008;
– «Talma critique de lui-même», dans Marianne Bury et Hélène Laplace-Claverie (dir.), Le Miel et le Fiel. La critique théâtrale en France au XIXe siècle, Paris, PUPS, 2008, p. 297-309.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *