GLADU Kim

De Boucher à Fontenelle : critique de l’esthétique rocaille dans les beaux-arts et la littérature
En 1747, La Font de St-Yenne affirme que «[c]’est aujourd’hui la teinte générale de presque toutes nos productions dans les Lettres comme dans la Peinture, tout y est de la couleur des roses & en conserve la durée» (Réflexions critiques). Cette peinture, qui a été désignée sous le terme de rococo à partir du XIXe siècle par les historiens de l’art, est alors mise en parallèle avec des ouvrages littéraires fugitifs, issus de la tradition galante. Dans ce texte représentatif d’une tendance générale, St-Yenne témoigne donc d’une critique d’une littérature rocaille, qui passe par un jugement sur les beaux-arts, à une époque encore saturée par les théories de l’ut pictura poesis. À cette période se fait donc jour une critique littéraire, mais qui s’établit à partir d’un dialogue constant entre texte et image et qui mène à une dévalorisation du petit et du gracieux.

* * *

La jeune chercheure Kim Gladu explore le domaine des formes mineures dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Associée à la nouveauté, les divertissements de société paraissent alors devoir trouver leur esthétique et dialoguent ainsi avec d’autres domaines artistiques, dont la peinture. La proposition sera l’occasion d’interroger les rapports qu’entretient la critique d’actualité avec les discours esthétiques et théoriques sur le mélange des arts au XVIIIe siècle.

Elle a notamment publié :
– avec Aurélie Zigel-Basso (dir.), De la conversation au conservatoire. Scénographies des genres mineurs (1680-1780), Paris, Hermann, 2014;
– avec A. Zigel-Basso et Daphne Hoogenboezem, Imager la Romancie. Dessins de Clément-Pierre Marillier pour Le Cabinet des fées et Les Voyages imaginaires (1785-1789), Paris, Hermann, 2013;
– avec Amélia Belin et A. Zigel-Basso, «Figures du lecteur : textes liminaires et images dans le Cabinet des fées (1785-1789)», Relief, vol. IV, no 2, 2010, http://www.revue-relief.org/index.php/relief/article/view/540/673.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *