KARSENTI Tiphaine

Quelle place pour l’actualité dans la réflexion dramatique des premiers auteurs de tragédie française ?

Au XVIe siècle, en même temps que se développent les expérimentations pratiques sur le modèle de la tragédie antique, se construit une théorisation de la tragédie qui s’appuie à la fois sur les textes de la tradition (Aristote, Horace, Donat) et sur une réflexion théâtrale et dramaturgique concrète, fondée sur les exemples contemporains et le souci de plaire au public. Si ces embryons de critique s’apparentent souvent à de l’auto-défense dans le cadre de stratégies de légitimation, ils ne contribuent pas moins à la mise en place de critères d’évaluation d’une production dramatique française moderne, clairement distinguée du legs antique. En plaçant le plaisir du public au cœur de la poétique, les auteurs des premières tragédies françaises confèrent à l’expérience du spectateur une place déterminante dans la réflexion théorique. Avant Corneille, ils mettent en balance référence à l’autorité antique et prise en compte de la réception concrète dans la perspective d’une critique d’actualité.

* * *

Tiphaine Karsenti est actuellement maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Paris) et agrégée de lettres classiques, elle est spécialiste du théâtre d’Ancien Régime et a notamment publié Le mythe de Troie dans le théâtre français (1562-1715), Paris, Champion, 2012. Ses recherches récentes se concentrent sur la tragédie française du XVIe siècle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *