MICHEL Lise

Nouveauté et actualité théâtrale dans les années 1660
La notion de «nouveauté» est sans cesse invoquée dans les discours sur l’actualité théâtrale à partir des années 1660. Elle fait l’objet d’un traitement ambivalent : elle justifie parfois à elle seule la valeur d’une oeuvre ; dans d’autres cas, le goût de la nouveauté caractérise au contraire les spectateurs qu’on dénonce comme peu éclairés. Chez certains auteurs, comme Thomas Corneille, le discours sur la question semble différer selon qu’il s’agit d’évoquer la création ou la réception des oeuvres. On s’interrogera donc sur le statut critique de la «nouveauté» en lien avec le développement de la critique dramatique d’actualité.

* * *

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Paris), Lise Michel est l’auteure d’une thèse intitulée Dramaturgie et politique dans la tragédie française (1634-1651) (2006). Ses recherches,
croisant l’approche dramaturgique et l’histoire des pratiques culturelles du théâtre et l’ayant menée à collaborer à l’édition des Œuvres complètes de Molière dont l’un des co-responsable, Claude Bourqui, participe également à notre événement, apporteront un éclairage fondamental à la problématique du colloque en insistant sur une fonction moins communément reconnue au théâtre, soit d’être non seulement porteur d’émotions mais aussi d’idées.

Elle a notamment publié :
– «La fonction critique des spectateurs dans les paratextes de théâtre du second dix-septième siècle», Littératures classiques, vol.LXXXIII, no 1, p. 151-165;
– «Discours misogynes et plaisanteries sur le cocuage dans la littérature mondaine autour de 1660», dans Carine Barbafieri et Jean-Christophe Abramovici (dir.), L’invention du mauvais goût à l’âge classique (XVIIe-XVIIIe siècle), Louvain, Peeters, 2013, p. 301-314;
– «“Ne commettez-vous point vos vertus héroïques?”. Ruses et genres dramatiques au XVIIe siècle», Comparatismes en Sorbonne, no 3, 2012, http://www.crlc.paris-sorbonne.fr/pdf_revue/revue3/03.Michel.Genres.pdf;
Des princes en figure. Politique et invention tragique (1630-1650), Paris, PUPS, 2013;
– avec Georges Forestier (dir.), La scène et la coulisse dans le théâtre français du XVIIe siècle, Paris, PUPS, 2011;
– avec Françoise Heulot-Petit (dir.), La reconnaissance sur la scène française du XVIIe au XXIe siècle_, Arras, Artois Presses Université, 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *