SRIBNAI Judith

Observer les étoiles et les livres : l’actualité scientifique dans la correspondance entre de Gassendi et Peiresc
Dans sa correspondance avec Peiresc, Gassendi évoque un grand nombre d’ouvrages liés à ses intérêts ou à ceux de son correspondant : ouvrages anciens mais également parutions ou travaux récents (Scaliger, Shickard, etc.), œuvres déjà publiées ou en cours. Il y inclut ses propres recherches, dont il fait ainsi la publicité. Le commentaire de l’actualité savante participe clairement de la promotion d’une science expérimentale où l’événement et la circonstance sont
essentiels. Par ailleurs, se montrant acteur de la République des lettres, Gassendi dit, d’une certaine manière, sa modernité. Simultanément, la correspondance souligne une tension entre l’incertitude des conclusions de la science moderne et le désir de s’inscrire dans une histoire des sciences. La position de Gassendi est donc particulièrement intéressante : écho des découvertes contemporaines et des transformations du savoir, il opère dans un milieu érudit dont l’autorité est alors concurrencée par les milieux mondains.

* * *

Spécialiste de la subjectivité dans les discours scientifiques et philosophiques de la première modernité, Judith Sribnai travaille à l’un des aspects essentiels de notre problématique : la mise en scène et la publicité des réseaux d’amitiés ou d’intérêt dans l’élaboration d’un discours sur l’actualité éditoriale. Il s’agira ici de prendre la mesure des interactions entre la prise en charge d’une parole critique par une subjectivité ancrée dans son contexte et l’expression d’une pensée sur une oeuvre d’actualité. La présentation permettra en outre de faire ressortir l’importance des réseaux et groupes concurrents dans l’émergence d’un discours critique d’actualité, en l’occurrence : les savants et les mondains.

Elle a notamment publié :
– avec Geneviève Boucher et Michel Fournier (dir.), «Quand les revenants hantent les textes..», dossier publié dans @nalyses, vol. IX, no 1, 2014;
Qui es-tu? Récit et relation de soi au XVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2014;
– «Fiction sans mensonge : raconter ses origines dans les récits à la première personne (Préfontaine, Foigny, Dassoucy)», dans Christophe Martin (dir.), Fictions de l’origine (1650-1800), Paris, Desjonquères, 2012;
– «Le corps perdu et la solitude du poète : faillites du plaisir dans les Avantures de
Dassoucy», Seventeenth-Century French Studies, vol. XIII, no 2, 2011, p. 103-113;
– «Discordance du “je” dans les récits à la première personne», Benoît Bolduc et Henriette Goldwyn (dir.), Concordia discors, Tübingen, Narr, 2011, vol. I, p. 117-126;
– «Portrait de l’honnête homme et du courtisan chez Théophile de Viau : quelques paradoxes de la singularité dans La première journée», dans Virginie Dufresne et Geneviève Langlois (dir.), Influences et modèles étrangers en France sous l’Ancien Régime, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, p. 111-131.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *