Colloque // Genèse du vedettariat théâtral (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque international

Genèse du vedettariat théâtral

(XVIIe-XIXe siècles)

21, 22 et 23 Mai 2014

Université de Poitiers

UFR Lettres et Langues – Laboratoire FoReLL

À partir d’un examen des modes de consécration et de légitimation de l’interprète de théâtre, ce colloque vise à reconsidérer les lieux communs de l’historiographie de l’acteur depuis la deuxième moitié du XVIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’émergence d’une « élite » de la profession théâtrale s’accompagne d’une évolution des discours critiques, envisageant tantôt la vedette comme un artiste d’exception, tantôt comme une version dégradée de l’acteur du Grand siècle, avatar industriel et commercial de l’ancien système corporatiste. On interrogera cette dérive supposée d’une médiatisation de la pratique théâtrale, pour déceler les logiques pragmatiques et esthétiques, mais aussi politiques et économiques qui président à la reconnaissance de certains acteurs, en instituant des normes d’interprétation et des critères de distinction.

Direction : Florence Filippi (Université de Poitiers), Sara Harvey (Université Paris Sorbonne) et Sophie Marchand (Université Paris Sorbonne).

Comité scientifique : Patrick Berthier (Université de Nantes), Christian Biet (Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Georges Forestier (Université Paris Sorbonne), Pierre Frantz (Université Paris Sorbonne), Sylvain Ledda (Université de Rouen), Sophie Marchand (Université Paris Sorbonne), Florence Naugrette (Université Paris Sorbonne), Martial Poirson (Université Stendhal – Grenoble 3), Jeffrey Ravel (MIT-Boston).

Programme

Mercredi 21 mai

Amphithéâtre Pierre Bourdieu

UFR Sciences Humaines et Arts – Hôtel Fumé

8, rue René Descartes – 86000 Poitiers

10h00Accueil des participants

10h30 : Ouverture du colloque

Mme Catherine Rannoux, Directrice de l’UFR Lettres et Langues

  1. Frédéric Chauvaud, Directeur de L’UFR Sciences Humaines et Arts
  2. Michel Briand, Vice-Président délégué chargé de la recherche

Mot du comité d’organisation : Florence Filippi, Sara Harvey, Sophie Marchand

11h00 : Conférence inaugurale 

Georges Forestier (Université Paris Sorbonne)

Molière, première vedette de l’histoire du théâtre ?

11h30 : Pause

11h45 : Première session : La vedette : construction, mythes et stéréotypes.

Modération : Sylvain Ledda (Université de Rouen)

Anne Pellois (ENS Lyon)

L’élaboration du personnage public dans les mémoires d’acteurs (Samson, Mounet-Sully, Sarah Bernhardt).

Agathe Sanjuan (Comédie-Française)

L’acteur face à la troupe : émergence des individualités dans le champ iconographique.

12h30 : Pause déjeuner

14h 00 : Atelier de présentation du projet RCF (Numérisation des registres de la Comédie-Française).

Christian Biet, Damien Chardonnet-Darmaillacq, Florence Filippi, Sara Harvey et Agathe Sanjuan.

14h30 : Deuxième session : Frontières du vedettariat et circulation des modèles.

Modération : Florence Naugrette (Université Paris Sorbonne)

Rahul Markovits (ENS Paris) 

Mobilité, célébrité et universalité : réflexions sur la dimension internationale du vedettariat théâtral au XVIIIe siècle.

Mara Fazio (Université de Rome)

Eleonora Duse : vedette anti-vedette.

15h30 : Pause

15h45 : Troisième session : Études de cas. 

Modération : Romain Jobez (Université de Poitiers)

Damien Chardonnet Darmaillacq (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Henri-Louis LeKain et la fabrique de la gloire : émergence d’un système.

Sabrina Bastemeyer (Georg-August-Universität Göttingen, Seminar für Romanische Philologie / Université Paris Sorbonne)

« L’acteur est tout » : le vedettariat de Frédérick Lemaître.

16h45 : Pause

17 h : Lecture (1)

« Ce que je ne comprendrai jamais, c’est que vous soyez plus applaudie que moi » De la rivalité entre Mlle Clairon et Mlle Dumesnil.

Mise en espace : Margot Le Thiec

Interprétation : Adeline Picault et Xavier Bazin

Jeudi 22 mai

9h15 – Accueil

9h30 : Quatrième session : Autres vedettes, autres scènes : la question du « lumpenvedettariat ».

Modération : Florence Filippi (Université de Poitiers)

Patrick Berthier (Université de Nantes)

Sur l’idée d’un vedettariat populaire : les acteurs des Variétés de 1807 à la Restauration.

Florence Naugrette (Université Paris Sorbonne)

Qu’est-ce qu’une vedette de province au XIXe siècle ? Le cas de Rouen.

10h30 : Pause

10h45 : Cinquième session : Qui vole la vedette ? La question du vedettariat auctorial.

Modération Sophie Marchand (Université Paris Sorbonne)

Sara Harvey (Université Paris Sorbonne)

Faire du bruit et créer des réputations : les stratégies du polygraphe dramaturge.

Martial Poirson (Université Stendhal Grenoble 3)

Postures d’auctorialité dans le premier champ théâtral : l’auteur dramatique et la tentation du vedettariat (XVII-XVIIIe siècles).

12h00: Pause déjeuner

14h30 : Sixième session : Vedettariat et reconnaissance professionnelle : le vedettariat comme régime spécial.

Modération : Stéphanie Loncle (Université de Caen)

Caroline Giron-Panel (BnF) et Solveig Serre (THALIM, CNRS/ENS/Paris 3)

Gérer les vedettes : le cas de l’Académie royale de musique.

Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand)

Gloires encombrantes. Sur les sentiers de l’Opéra en Révolution.

Marie-Ange Rauch (Université de Paris 8)

Quand les vedettes bâtissent la protection sociale des interprètes : entre charité et engagement social. 

16h00 : Pause

16h30 : Lecture (2)

La vedette et son maître (d’après les cours de Michel Bouquet au Conservatoire).

Interprétation : Adeline Picault et Thomas Condemine (artiste associé à la Comédie Poitou Charentes – Centre Dramatique National)

Vendredi 23 mai

9h : Accueil

9h30 : Septième session : La vedette, « cet obscur objet du désir ». 

Modération : Christian Biet (Université Paris Ouest Nanterre la Défense)

Romain Jobez (Université de Poitiers)

L’innocence convoitée : de la notoriété des actrices dans l’Allemagne des Lumières.

Sophie Marchand (Université Paris Sorbonne)

L’actrice et l’imaginaire érotique à la fin du XVIIIe siècle.

10h30 : Pause

11h : Huitième session : La vedette au féminin.

Modération : Pierre Frantz (Université Paris Sorbonne)

Vannina Olivesi (EHESS)

« Vedette » ou « artiste » ? La célébrité au féminin dans le ballet romantique : le cas de Marie Taglioni.

Sylvain Ledda (Université de Rouen)

« Ceci n’est point mal, je crois ! – Hein ? qu’en pensez-vous ? pour une femme ! » 
Mademoiselle George, créatrice du drame romantique.

12h00 : Pause déjeuner

14h : Lecture (3)

Le monologue d’Olga, d’après la correspondance d’Olga Knipper.

Ecrit et interprété par Adeline Picault (Actes Sud)     

14h30 : Neuvième session : Anatomie de la vedette : le vedettariat comme symptôme.

Modération : Patrick Berthier (Université de Nantes)

Vincenzo de Santis (Université Paris Sorbonne – Rome/Sapienza)  

Mélancolies d’acteur : théorie du jeu et réflexion médicale au XVIIIe siècle. 

Céline Frigau Manning (Université Paris 8)

Clinique du vedettariat. Les discours des sciences appliquées à la consécration théâtrale au XIXe siècle.

15h30 : Pause

15h45 : Dixième session : Le vedettariat : principes économiques.

Modération : Martial Poirson (Université Stendhal Grenoble 3)

Cyril Triolaire (Université de Clermont-Ferrand) 

Le vedettariat théâtral face aux stratégies commerciales et politiques des directeurs des théâtres provinciaux sous l’Empire.

Stéphanie Loncle (Université de Caen) 

Légitimité et illégitimité de la richesse des vedettes au xixe siècle et en d’autres temps.

16h45 : Synthèse conclusive

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du projet ANR « Corpus » RCF (Numérisation des registres de la Comédie-Française).

Partenaires du projet : l’Université de Poitiers, le laboratoire FoReLL (Formes et Représentations en Linguistique et Littérature-EA 3816), l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, l’équipe de recherche HAR (Histoire des Arts et des représentations-EA 4414), l’Université Paris Sorbonne, le CELLF (Centre d’étude de la Langue et de la Littérature Française des 17e et 18e siècles – UMR 8599), le Labex Arts-H2H, Le Labex « les Passés dans le Présent », le MIT (Massachusetts Institute of Technology, Boston), et Harvard University (Cambridge).

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *