Enseignement // Cours de Christophe Cave

Problématique de fond

Dans les années 1660-1670, la France se stabilise après plus d’un siècle de conflits intermittents qui se terminent par une dernière bataille politique : la Fronde. Ce dernier spasme d’opposition annonce l’entrée en force du monarque absolu dont le pouvoir se concrétise diversement. De l’extérieur, l’affirmation claire d’une politique expansionniste offensive ; de l’intérieur, la création d’une propagande artistique parfaitement orchestrée : de l’affirmation d’un système de représentations ostentatoires, créant une distance fascinée entre le pouvoir et le monde, en passant par l’illusion d’une complicité avec le monarque à travers le partage de divertissements urbains (théâtre, jeux d’adresse et de société), jusqu’au contrôle de l’outil périodique naissant qui doit informer, célébrer et proposer une histoire événementielle cohérente en regard du projet monarchique. Jusqu’alors seule la Gazette de Renaudot – création du ministre Richelieu – avait dû répondre à la fois à l’histoire d’actualité de la politique extérieure et des affaires scientifiques et littéraires. Dès 1665, le Journal des savants obtient le privilège de presse et récupère le domaine des productions savantes et lettrées. Plus tardivement, c’est-à-dire au début des années 1680, une autre sphère d’activité devient prioritaire : les affaires de la vie civile et mondaine. Il revient au Mercure galant créé par le polygraphe Jean Donneau de Visé d’assurer ce mandat et de proposer « des mémoires pour les curieux ». La reconnaissance de ce périodique par le pouvoir est symptomatique à plus d’un titre. Les premières années du périodique répondent aux exigences de la communauté civile et traduisent le mode d’être de cette société du loisir. C’est à ce titre qu’il donne d’abord une image de la configuration absolutiste en tant qu’elle repose sur la séparation du civil et du politique (dualisme de Kosseleck, repris par Merlin). La société décrite par le MG dans les années 1670 est en effet repliée autour d’une esthétique et d’une éthique des comportements qui sont mis en scène et à l’épreuve à travers des amusements littéraires, des divertissements urbains et des anecdotes de la vie parisienne. Représentée par la galanterie qui forme le modèle civil dominant à cette période, la société du MG se projette à travers des loisirs lettrés toujours plus exigeants et paraît réinterpréter le pouvoir sur le mode d’une figuration enjouée et émancipée des enjeux politiques. Observer, commenter, interagir et même improviser sont autant de termes qui caractérisent la dynamique de cette vie civile dans lesquels le théâtre, les jeux littéraires et l’activité critique dominent. Ces divertissements dédiés au présent et à l’actualité mondaine procèdent clairement d’une valorisation du regard critique et paraît se dessiner dans ce cadre, les premiers balbutiements de la subjectivité. C’est là aussi, au milieu du bruissement naissant des sujets que les esprits apprennent aussi à s’échauffer, et que le débat de société se construit hors de la sphère politique, mais également en marge de la République des Lettres. Est-ce à dire que le divertissement des mondains retirés du politique comme le furent les savants déboucherait aussi sur l’avènement d’une pensée critique et d’une modernité littéraire ? Que celle-ci paraît être l’avènement conjoint d’une histoire événementielle de la culture qui, on le verra devient vite l’instrument d’une politique culturelle. Qu’encore cette modernité s’exprime à travers une approche pragmatique de la communication qui rappelle certes encore à cette période les lois de l’éloquence, mais qui n’en est que l’héritière par étiquette. On le voit, l’orientation de cette réflexion invite à repenser le rapport entre deux formes de la critique d’actualité : celle apparue et surtout définie et pensée par les philosophes de la République des Lettres (Bayle au premier rang) et celle dédiée à la culture et à la civilisation urbaine qui prend tout son sens dans la critique théâtrale. Comment penser ces deux formes de critiques complémentaires et qui s’interpénètrent sur certains aspects ? Comment réintroduire la place de la critique mondaine pragmatique, anecdotique, éphémère dans l’histoire de la critique où les philosophes dominent. Comment réinterpréter cette critique à la lumière d’une histoire du présent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *