Enseignement // séminaire de Christian Biet

séances de Sara Harvey

Séminaire de Christian Biet // 2e semestre 2011-2012.

Dans les années 1660-1670, la France se stabilise après plus d’un siècle de conflits intermittents qui se terminent par une dernière bataille politique : la Fronde. Ce dernier spasme d’opposition annonce l’entrée en force du monarque absolu dont le pouvoir se concrétise diversement. De l’extérieur, l’affirmation claire d’une politique expansionniste offensive ; de l’intérieur, la création d’une propagande artistique parfaitement orchestrée, puisque fondée sur l’illusion que dans la mise en scène du pouvoir se joue à la fois une distance maximale et une forme d’accessibilité et de communication. Plus exactement, le spectacle du pouvoir paraît s’alimenter de la légèreté et de l’esprit des divertissements collectifs galants, tout en insufflant une mécanique de la représentation comportementale au sein même de ces amusements de société. Obsédés par la présence aux autres même superficielle, intéressée, anecdotique, passagère, les galants se projettent à travers des loisirs toujours plus exigeants et réinterprètent le pouvoir sur le mode d’une figuration enjouée et émancipée des enjeux politiques. Dans les espaces particuliers qui paraissent désormais intégralement régulés par une économie des mœurs et des passions, la communauté galante s’assemble, se regarde et se fabrique à travers ses divertissements. Observer, commenter, interagir et même improviser sont autant de termes qui caractérisent la dynamique de ces loisirs et les situent, pour un lecteur moderne, dans la catégorie des événements culturels. C’est en tant que tel que ces divertissements permettent peut-être l’éveil du regard critique des galants, puis des défenseurs de la modernité, et qu’apparaît dans ce cadre la subjectivité. C’est peut-être là aussi, au milieu du bruissement naissant des sujets, que les esprits apprennent à s’échauffer, et que l’opinion publique s’invente, et avec elle l’un de ses lieux d’inscriptions privilégiés : la presse. C’est dire que ce qui paraît bien être un temps de propagande par la figuration du pouvoir que renforce le divertissement des mondains retirés du politique débouche sur l’avènement d’une pensée critique et d’une modernité littéraire ? Que celle-ci paraît être l’avènement conjoint d’une histoire événementielle de la culture indissociable d’une politique culturelle ? Que les fondements de cette modernité reposent sur une pensée du temps comme pur événement et incessante actualité et que la société et le politique se pensent dès lors en tant que performance et présence ? Qu’encore cette modernité s’exprime à travers une approche pragmatique de la communication qui rappelle certes encore à cette période les lois de l’éloquence, mais qui n’en est que l’héritière par étiquette.

Enquête I // à la recherche du divertissement performé

Partant de ce postulat, je propose une enquête sur « les arts du spectacle » en marge du politique qui fleurissent après la Fronde. Inspirée par la notion neutralisée de la performance[1], je tenterai de définir les formes et les modalités du divertissement galant ou mondain, lorsque celui-ci s’actualise :

  • à travers un événement organisé ;
  • que la réception visible et immédiate de cet évenement est décrite dans des textes ;
  • que ces textes proposent leur propre lecture de l’événement à travers la manière de décrire le divertissement (choix de la forme notamment), la position de l’énonciateur vis-à-vis du texte, mais aussi de l’événement décrit, etc.

C’est donc à la fois à travers les amusements littéraires eux-mêmes et les textes qui les décrivent que je chercherai la définition de ce qu’est un divertissement performé à cette période. Il s’agira dans un premier temps de décrire et commenter les performances du cabinet, de la ruelle et de la place publique mises en acte et/ou décrites sur la scène théâtrale, à travers les recueils des jeux galants, à l’intérieur des nouvelles, mais aussi à travers les textes de querelles et enfin dans les périodiques littéraires. Cette première enquête servira à exhumer les archives de la performance et à proposer un cadre théorique et méthodologique. Les notions propres à cette période (le divertissement, l’amusement, la compagnie, l’assemblée, la conversation) seront interrogées à partir des outils de l’analyse du discours. Seront ainsi posées les questions des scénographies de la performance, de l’ethos partagé par la communauté, des stratégies de captation, de légitimation et d’adhésion à l’œuvre, autant de notions qui permettront de replacer ces divertissements au cœur de leur genèse orale et de leur caractère événementiel.

Enquête II // critiquer la performance au XVIIe siècle

La seconde séance sera plus spécifiquement dédiée aux discours critiques au sujet de la performance théâtrale. Les législateurs modernes (Sorel, Guéret, Furetière) et les polygraphes (Donneau de Visé, Boursault, Chappuzeau, Perdou de Subligny) seront privilégiés au détriment de l’approche doctrinale (Aubignac), car il s’agira moins de réévaluer la performance à la lumière des règles prescrites, qu’à sa capacité à faire événement. La notion de spectacle sera privilégiée dans cette séance ce qui me permettra de réintroduire la figuration du pouvoir politique, volontairement exclu de notre première enquête. Le cas Molière servira de point de repère à cette présentation, puisqu’à travers son esprit « impromptu », sa capacité à faire du bruit et à faire naître des querelles, il incarne à plus d’un titre le pragmatisme des Modernes à cette période vis-à-vis du roi autant que du public.

Enquête III // La critique des arts comme performance : l’écriture de l’événementialité de la création de la presse au WEB 2.0.

Pour cette dernière séance, j’analyserai d’abord comment la performance peut-être considérée comme le modèle structurel et fonctionnel d’une écriture de l’événementialité qui trouve ses marques et son espace d’institutionnalisation à la fin du XVIIe siècle à travers l’apparition de la presse littéraire d’actualité. Je réévaluerai l’importance de la presse et de la critique – en tant que manifestation de cette notion de l’événementialité – dans l’histoire de la modernité. Celle-ci sera envisagée comme un changement de paradigme autant pour l’histoire de la littérature et des autres disciplines du savoir liée de fait à l’émergence d’un histoire de la culture et de la politique culturelle, que pour l’identité du sujet moderne dans la sphère collective et publique. Je montrerai comment cette transformation du monde et des savoirs est parfaitement illustrée à travers la naissance d’un nouveau média de communication à vocation performative, qu’est la presse galante. Je comparerai finalement cette transformation à celle qui a cours aujourd’hui avec le développement du WEB 2.0., média ouvert et collaboratif qui modifie les voies/x de la critique, repense la recontre des disciplines, reconfigure l’espace du domaine public, trouble les normes du politique, et surtout s’organise aussi et de manière encore plus frappante comme un média parfaitement performatif, voir même plus réelle que la performance « vraie ».

[1] « le fait de ¨performer¨, en ce sens, n’est pas seulement faire, mais montrer qu’on fait, se placer dans un lieu qui convie d’emblée les partenaires de la relation de communication à s’intégrer dans un système d’interaction spécifique qui consiste à regarder et à entendre les activités qu’on montre qu’on fait. Dès lors, la performance ne suppose pas qu’il y ait un rôle à jouer, un espace dramatique à constituer, mais simplement une action présente se donnant comme objet de regards ». («Avant-propos » de Christian Biet, dans Performance, éditions théâtrales, 2008).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *