Enseignement // Séminaire de Georges Forestier

 Séances de Sara Harvey

Séminaire de Georges Forestier, Molière la question biographique, enquête sur des traces // 2e semestre 2011-2012.

La décennie 1660-1670 est marquée par l’apparition d’une génération de jeunes polygraphes inspirés par le souffle de la galanterie : Jean Baudeau de Somaize (1630-v1680), Edme Boursault (1638-1701), Adrien Perdou de Subligny (1639-1696), Jean Donneau de Visé (1638-1710). Par le biais de la comédie, des gazettes, des nouvelles et jeux galants, mais aussi du pastiche ou de la parodie, ces nouveaux venus font du bruit parce qu’ils commentent, critiquent, célèbrent et polémiquent autour de la littérature et de la scène théâtrale d’actualité. Dans la lignée des Voiture, Sarasin, Scarron et Scudéry, et aux côtés des « législateurs » de la littérature galante que sont Guéret, Sorel ou Furetière, ces « agitateurs » revendiquent explicitement une posture moderne : ils pratiquent, mais aussi jugent les œuvres dans leur rapport à l’événementialité et traitent les affaires littéraires avec pragmatisme. À l’opposé d’une approche docte qui inscrit le littéraire dans une tradition, que l’on associera bientôt à celle du classicisme, ces jeunes polygraphes développent une critique de la circonstance en adéquation avec la « science du beau monde » et la réalité du commerce du livre et des affaires théâtrales. Aussi ambitionnent-ils d’attirer l’attention des grands, et évidemment du monarque, afin d’obtenir un statut comparable aux auteurs les plus en vus, dont Molière figure au premier rang. Imité, critiqué, loué, l’auteur-acteur obsède cette génération, ce qui contribue à l’émergence de cette critique d’actualité.

Les séances que je propose d’animer dans le cadre de ce séminaire de recherche visent à éclairer la naissance de la critique moderne, celle qui va finalement se stabiliser dans la presse littéraire à la fin du siècle, à partir de l’exemple précis de la réception de Molière et de son œuvre par ses contemporains, et, plus spécialement, par Donneau de Visé qui figure comme le plus fervent « moliériste » de cette période. En quelques séances, j’aborderai dans l’ordre :

Les formes et les figures légitimantes de la critique d’actualité : le cas Molière

Cette première partie permettra dans un premier temps de présenter un tableau des différentes formes discursives qui accueillent la réception critique d’actualité des œuvres de Molière. Il faudra distinguer un événement polémique, comme la Querelle de l’école des femmes, des types de textes qui l’a porte (comédies, discours insérés dans une histoire galante, article de gazette, &c) la forme même étant significative de la figuration* de l’auteur-acteur qui est donnée dans ses archives. L’objectif de cette première typologie est d’établir des liens entre la forme choisie -à l’intérieur d’un événement ou non-, et l’image – ou les images – de Molière qui en ressort. Au terme de cette première enquête, des hypothèses pourront être soulevées sur la place de ces témoignages dans l’histoire de la construction de l’image de Molière : participent-ils d’une première mise en fiction de l’auteur comédien ? Si oui, celle-ci est-elle constitutive – et peut-être même fondatrice -, de la figuration de Molière, comme c’est le cas aujourd’hui pour le système du vedetteriat ? Au contraire, ces textes peuvent-ils être considérés comme des réceptions sur le vif, présentant une image réaliste d’un Molière en contexte. C’est-à-dire à une période où la culture mondaine, centrée sur la définition de son ethos au sein de la société civile, se passionne pour la critique d’actualité sous toutes ses formes, dont celle-là même de Molière qui choisit, par la comédie, de porter un jugement sur les comportements de ses contemporains ?

Dans un second temps, notre attention se portera sur les personnes, personas ou personnages, qui sont à l’origine des discours critiques sur Molière et qui sont cités dans ces textes critiques. Il s’agira de présenter le rôle donné aux acteurs du commerce du livre, on pense notamment aux libraires et imprimeurs, mais aussi à des groupes moins cités, ceux des compilateurs, des copistes, des colporteurs, aux différentes catégories socio-politiques du public (on pense par exemple aux femmes ou aux fameux marchands de la rue Saint-Denis), aux auteurs et aux critiques eux-mêmes, encore à des figures moins connues, mais néanmoins fondamentales, comme celle du nouvelliste. À partir de cette cartographie, différentes questions pourront être posées : Qui légitime quoi ? L’histoire éditoriale des pièces de Molière est-elle symptomatique de la position que le comédien adopte vis-à-vis du Parnasse ? À quelles catégories sociales appartiennent les critiques de Molière ? Peut-on déceler des fonctionnements en réseaux ou en corps, permettant de rapprocher ces figures de légitimation – dont la plupart sont non officielles – au mode de fonctionnement académique ? Si oui, peut-on considérer que leurs choix (l’élection) avaient autant sinon plus de poids que les institutions officielles en leur temps ? Par conséquent, avaient-elles un pouvoir d’influence sur la « politique culturelle » louis-quatorzienne ? Quel rôle a pu jouer Molière et son œuvre dans cette histoire de pouvoir et d’influence ?

*****

Les figurations de l’auteur moderne dans l’œuvre de Jean Donneau de Visé : de la posture galante à la renommée du nom propre.

 Jean Donneau de Visé est sans doute le plus prolifique commentateur des œuvres de Molière dans les années 1660-1670 : premier « biographe » de Molière (Nouvelles Nouvelles [1663]), acteur de la querelle de l’école des femmes (Zélinde [1663], Réponse à l’Impromptu de Versailles et Lettres sur les affaires du théâtre, dans Diversités galantes [1664]), défenseur du Misanthrope (Lettre écrite sur le Misanthrope [1666], apologiste de l’auteur comédien au moment de sa mort (Pompe Funèbre de Molière [1673]. La critique sur le vif de Donneau de Visé dessine une posture d’auteur qui paraît s’adapter aux oeuvres critiquées et à leur contexte de production et de réception. Ces textes font par ailleurs ressortir deux enjeux qui paraissent difficilement conciliables : la posture de l’auteur galant qui repose sur le tropisme nobiliaire de l’anonymat ou dû moins de la distance du nom propre, d’un côté, la célébration de la personnalité et la réputation du nom, de l’autre. C’est de cette tension, dont il sera question dans cette séance. Partant des nombreuses réflexions sur l’auctorialité à cette période (notamment Delphine Denis, Le Parnasse galant, 129-188 [2001], Roger Chartier, Culture écrite et société, 45-79 [1992], Alain Viala, Naissance de l’écrivain, [1989]), il s’agira d’ouvrir de nouvelles hypothèses en montrant comment et pourquoi la critique d’actualité, plus encore celle qui est produite sur Molière, paraît concilier des représentations opposées de la figure de l’auteur, entre la distance maximale et l’identité radicale du nom propre. Nos observations devront par ailleurs tenir compte des autres acteurs en présence, c’est-à-dire les récepteurs, dont nous aurons discuté lors d’une séance précédente.

Comment dupliquer Molière en son temps : de la copie à l’imitation

Cette dernière séance sera consacrée à une autre forme de réception de Molière et de son oeuvre en son temps : l’impact de ces pièces sur la création littéraire de cette période, mais aussi l’influence de sa posture et de son parcours à la Ville comme à la Cour. Imité avec plus ou moins d’audace, copié, pastiché, critiqué Molière constitue un modèle ou un rival pour ses contemporains (notamment pour ce qui concerne uniquement la scène théâtrale : Jean Donneau de Visé, Philippe Quinault, Raymond Poisson, Edme Boursault, Antoine-Jacob Montfleury, Nicolas Drouin, Claude Villiers Deschamps, Jean Baudeau de Jean Baudeau de Somaize, Edme Boursault, Adrien Perdou de Subligny). Son influence, tant sur le plan de l’esthétique que de l’ethos de l’auteur, paraît même susciter une « mode Molière » dans les années 1660, laquelle dépasse le cadre du théâtre. Pourtant l’originalité de l’auteur comédien réside peut-être dans sa capacité à intérioriser les codes et les valeurs de son public. Néanmoins, son succès frappe les esprits et notamment les jeunes auteurs qui semblent l’associer à une référence qu’elle soit positive ou négative. L’influence plurielle de Molière de son vivant servira de points de repère à cette réflexion double : d’une part, il s’agira d’enquêter dans le détail des textes pour comprendre comment fonctionne le principe imitatif (et comment évidemment il peut poser des questions de paternité littéraire à une époque antérieure au droit d’auteur) et ses formes d’expression (copie, pastiche, parodie, ou génétique, esthétique, thématique). Nous sélectionnerons notre corpus parmi les premières œuvres littéraires et théâtrales des polygraphes (ci-haut mentionné) de cette période pour ce premier point. D’autre part, la trajectoire même de Molière sera analysée sous l’angle de ce principe imitatif. Inscrit de son vivant dans le panthéon des illustres modernes et confirmé comme tel plus tardivement par Perrault (Les hommes illustres, 1697), l’auteur-acteur apparaît en tant que personnage public comme une référence auctoriale. Ce sont ces quelques hypothèses que nous soumettrons lors de cette dernière séance, ouvrant ainsi la question de la figure de Molière, à celle de l’autorité d’un auteur, de son œuvre et de sa personnalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *